Les calvaires monumentaux de Bretagne

2 Commentaires 9740 Vues

Les calvaires monumentaux de Bretagne remontent aux XVIe et XVIIe siècles. Ils témoignent de l’âge d’or de la Bretagne, période au cours de laquelle le commerce maritime et l’industrie du lin sont florissants. Véritable livre de pierre et catéchisme de granite pour les populations bretonnes du Moyen-âge ne sachant pas lire, le calvaire retrace les grands épisodes de la vie du Christ et des apôtres. Petite découverte de 7 calvaires bretons dits « monumentaux »…

Le calvaire de Saint-Jean-Trolimon (29)

calvaire-de-Saint-Jean-TrolimonNiché en bord de mer au cœur du Pays Bigouden dans le Finistère sud, le grand calvaire de Saint-Jean-Trolimon (Tronoën) serait le plus vieux monument religieux du genre dont l’édification remonterait au milieu du XVe siècle (1450) et serait attribué aux moines-soldats « Les Hospitaliers de Saint-Jean » chassés de Palestine. Outre le baptême du Christ évoqué à deux reprises, le chemin de croix, la Résurrection la descente aux enfers, on peut observer une vierge aux seins nus allongée sur sa couche parmi la centaine de personnages représentés sur deux rangées sur cette magnifique statuaire en granite et pierre de Kersanton.

Le calvaire de Guéhenno (56)

calvaire de GuéhennoÉdifié en 1550 sous le règne d’Henri II à Guéhenno dans le Morbihan, ce grand calvaire faillit disparaître sous la Terreur en 1794 quand un groupe de républicains saccage l’enclos paroissial. Il fallut attendre plus de 50 ans pour que le calvaire soit restauré dans son intégralité grâce aux talents de sculpteur de l’abbé Jacquot et aux paroissiens qui avaient caché les pierres. L’ecclésiastique y ajoute les prophètes Jérémie, Isaïe, Daniel et Ezéchiel ainsi que la colonne de la Flagellation qui porte les Instruments de la Passion. Le monument se distingue par de beaux bas-reliefs et un magnifique retable du XVe siècle illustrant les scènes de la Passion du Christ.

Le calvaire de Plougonven (29)

calvaire de PlougonvenLe grand calvaire de Plougonven dans le Trégor en Finistère est érigé en 1554 selon un plan octogonal. L’édifice de 4 mètres de haut est surmonté de trois croix de la Crucifixion. Parmi les spécificités du calvaire de Plougonven, on trouve le roi mage Balthazar représenté sous les traits d’un Africain, le Diable de la tentation grimaçant, la tête du Christ sculptée sur le mouchoir de Véronique. Comme beaucoup de calvaires monumentaux de Bretagne, les costumes des personnages (excepté Marie et Jésus) sont bien souvent anachroniques et contemporains de l’époque de construction, à savoir les habits des paysans et des bourgeois du XVIe siècle. Outre les scènes de la Passion du Christ, le calvaire représente également Saint Yves, le saint patron de la Bretagne.

Le calvaire de Pleyben (29)

Calvaire de PleybenLe calvaire de Pleyben dans le Finistère est le plus massif de toute la Bretagne. Sa réalisation s’est opérée en trois temps à partir de 1555, date à laquelle fut construite l’église. En 1650, trois nouvelles scènes sculptées (l’Entrée à Jérusalem, la Cène, le Lavement des pieds) sont ajoutées. Vers 1740, le calvaire est déplacé et acquiert une allure d’arc de triomphe des plus singulières au sommet duquel sont perchées des statues sculptées en kersanton, mais aussi en grès. Près de trente tableaux sont représentés sur ce calvaire dont Le Reniement de Pierre, une scène unique dans l’iconographie des 7 calvaires monumentaux de Bretagne. La Mise au tombeau se distingue par le grand soin apporté aux divers détails des tenues vestimentaires.

Le calvaire de Guimiliau (29)

calvaire de GuimiliauL’enclos paroissial de Guimiliau (XVIe s) brille par la profusion de richesses artistiques qui en font l’un des plus magnifiques de la Vallée de l’Elorn dans le Finistère. C’est au cœur de ce splendide ensemble que se dresse le grand calvaire en granite bleu de Guimiliau érigé entre 1581 et 1588. Surmonté d’une Croix de Jésus et des deux Larrons, le calvaire de Guimiliau est le plus peuplé de tous avec plus de 200 personnages qui évoquent les différents épisodes de la Vie du Christ. Les Pèlerins d’Emmaüs constituent une scène unique dans l’iconographie des 7 calvaires monumentaux de Bretagne. Le calvaire de Guimiliau représente aussi un personnage de la mythologie chrétienne de l’époque, Katell Golet, l’opposé de Marie-Madeleine, une âme damnée à cause de son amour immodéré du plaisir et de la danse, et attirée dans la gueule de l’Enfer.

Le calvaire de Plougastel-Daoulas (29)

calvaire de Plougastel-DaoulasLe calvaire de Plougastel-Daoulas dans le Finistère est bâti entre 1602 et 1604 pour conjurer une épidémie de peste qui décime près d’un tiers de la population de la presqu’île à partir de 1598. Ce sont au total 182 statues sculptées dans la pierre de Logona et de Kersanton qui composent les scènes de la Passion du Christ et la vie de Saint Roch « guérisseur des maladies de peau et de toutes sortes de pestilence ». On peut noter que le calvaire de Plougastel-Daoulas est le seul de Bretagne a représenter le mariage de la Vierge Marie et de Joseph.

Le calvaire de Saint-Thégonnec (29)

calvaire de Saint-ThégonnecSitué entre la mer et les Monts d’Arrée dans le Finistère, le calvaire de Saint-Thégonnec est bâti en 1610. Il annonce la fin de la tradition des « calvaires monumentaux » en Bretagne. L’unique frise ceinturant le calvaire est sobrement ornée de seulement neuf scènes dédiées à la Passion du Christ. Ainsi les trois croix de la Crucifixion du sommet paraissent démesurées au vu du faible nombre de personnages représentés. On peut voir un Christ cerné par ses deux bourreaux. L’un des tortionnaires serait même la caricature d’Henri IV !

Quand les 7 calvaires s’illuminent…

Soutenue par la Région Bretagne et les Conseils généraux du Finistère et du Morbihan, l’Association des 7 calvaires monumentaux de Bretagne met en valeur ce patrimoine historique unique en Europe. Elle a permis de développer la fréquentation de ces monuments emblématiques de l’histoire artistique et culturelle de Bretagne autour d’animations comme des visites scolaires ou l’illumination polychromique de certains calvaires. Cette mise en lumière rappelle que beaucoup de ces édifices religieux étaient peints à l’origine.

Les calvaires hors Bretagne

On retrouve des calvaires schématiquement très différents de ceux de Bretagne dans les Vosges et en Lorraine, un peu plus loin en Irlande, en Italie, dans certains pays slaves christianisés, ou encore aux États-Unis…

Photos : CRT Bretagne / Bobrovitch Anatoly, Torset Pierre, Spiegelhalter Erich, Guillaudeau Donatienne, Dagorn Alain,
Guilliams Laurent

Spread the love

Articles liés

2 Commentaires

  1. LÉA LE GAL

    Bonjour,
    Je suis à la recherche d’un livre illustré et commenté sur les 7 calvaires de Bretagne.
    J’aimerais savoir si vous en posséder ou de me renseigner vers d’autres éditeurs ???
    Dans l’attente, je vous remercie et recevez mes salutations distinguées.
    Léa Le Gal

  2. Constance Mc Hine

    Très intéressant. Grand merci à l’auteur.
    Une raison de plus de visiter la Bretagne !
    J’ai entendu parler d’un calvaire gravement touché pendant la violente tempête de 1999 me semble-t-il ? celui de Pleyben ?
    Il n’en est pas fait mention ici alors peut-être commets-je une erreur ?
    Si quelqu’un peut m’en dire plus …
    Bonne journée à tous

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués ( requis )

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Incontournables