Qui a dit que « la dentelle, c’est ringard ! » – Street art en Bretagne

Aucun Commentaire 1990 Vues

Grâce à NeSpoon, jeune artiste polonaise, l’art du point de croix devient tendance et les napperons de mémé prennent un sérieux coup de jeune.  Après Berlin, Montréal, Hong-Kong, Bombay, la dentellière 2.0 fait étape à Pont-l’Abbé dans le Finistère pour embellir les rues avec une fresque de 70 m² inspirée de broderies traditionnelles du pays bigouden, mais aussi de Pologne, sa terre natale.

Le street art dépoussière la dentelle de mémé !

Ses pochoirs géants enroulés sous le bras et armée de bombes de peinture, NeSpoon, jeune artiste basée à Varsovie, revisite avec beaucoup de talent la dentelle façon street art.  Dans le monde entier, elle imprime des dentelles traditionnelles avec de la boue, de l’argile ou de la peinture sur les murs et le mobilier urbain des espaces publics. Ainsi, NeSpoon insuffle une touche de poésie en réalisant de magnifiques pochoirs géants inspirés des dentelles venues d’ici et d’ailleurs au cœur des villes. Pour cette collectionneuse de dentelles du monde entier, il lui fallait bien, un jour ou l’autre, officier au cœur de la capitale de la dentelle bigoudène. C’est chose faite en mai 2016 quand l’artiste urbaine investit les rues de Pont-l’Abbé…

Quand Pont-L’Abbé fait dans la dentelle !

C’est donc sur les murs de Pont-l’Abbé dans le Finistère, au cœur du pays de la dentelle, que l’artiste polonaise fait tout naturellement étape.  La street artiste travaille deux jours durant avant de dévoiler aux finistériens deux magnifiques créations mêlant street art et dentelle, broderie polonaise et picot bigouden ! Le public est unanime et se reconnait dans cette fresque monumentale qui transfigure le style traditionnel bigouden, en évoquant tout à la fois un pan de l’histoire locale. Quel bel hommage !

La dentelle, un art sans frontière !

En Bretagne, la dentelle au crochet ou picot bigouden fait partie du patrimoine culturel immatériel. Dès le XVIIIe siècle, les dentellières du pays bigouden sont reconnues pour leur savoir-faire et la qualité de leurs créations (napperons, gilets, chemisiers, gants…) qui « s’exportent » aux quatre coins de la France et même au-delà.

Mais la dentelle est loin d’être l’apanage d’une tradition purement bretonne. Quelle soit réalisée aux fuseaux, à l’aiguille ou à la main, la dentelle est un artisanat universel que l’on retrouve également au Brésil, Paraguay, Inde, Croatie, Belgique…Partout dans le monde en fait ! Ainsi, NeSpoon décèle dans chaque dentelle un code esthétique profondément ancré dans chaque culture. Elle souligne que « dans chaque dentelle, nous trouvons la symétrie, une sorte d’ordre et d’harmonie. N’est-ce pas ce que nous cherchons tous instinctivement ? »

En tout cas, la prestation de NeSpoon a séduit les pontlabbistes qui sont littéralement tombés sous le charme du travail de la jeune artiste polonaise. Ses créations resteront en place aussi longtemps qu’on les respectera. L’occasion de redécouvrir sous un nouvel angle la capitale du pays bigouden…

Où voir les œuvres de l’artiste ?
place des Carmes et  rue Danton à Pont-l’Abbé

Spread the love

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués ( requis )

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Incontournables