Notre boutique utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur et nous considérons que vous acceptez leur utilisation si vous continuez votre navigation.

close

Panier  

No products

0,00 € Shipping
0,00 € Tax
0,00 € Total

Les prix sont TTC

Panier Commander

Poitou-Charentes
Tour de la lanterne

Tour de la lanterne

mer857

La tour de la Lanterne (XVe siècle) est, avec la tour Saint-Nicolas et la tour de la Chaîne, l’une des trois tours du front de mer de La Rochelle. Elle est également connue sous les noms de tour du Garrot

Plus de détails

Le passport bretonLE PASSEPORT BRETON, OFFICIELLEMENT DISTRIBUÉ PAR BZH-BOUTIQUE
Vous pouvez ajouter le passeport bretons (9 euros) à votre commande directement depuis cette page en complément ce ce produit.

Le passeport breton seul disponible ICI


6,60 €

Ce produit n'est plus en stock

Prévenez-moi lorsque le produit est disponible

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Notes et évaluations clients

Personne n'a fait d'évaluation
dans cette langue
Note / écrire un commentaire

En savoir plus

Collection: Tours et phares de Poitou-Charentes

Tour de la lanterne


Matière: Résine
Taille: 13.0 x 6.5 x 6.5 cm

  • Localisation : La Rochelle, Charente-Maritime
  • Construction : XVe siècle

 

La tour de la Lanterne (XVe siècle) est, avec la tour Saint-Nicolas et la tour de la Chaîne, l’une des trois tours du front de mer de La Rochelle. Elle est également connue sous les noms de tour du Garrot, tour des Prêtres et tour des Quatre Sergents. Elle a été classée monument historique en 1879.

D’une hauteur de 55 mètres, elle est constituée de deux parties. Sa base est un cylindre de 25 mètres de haut et de plus de 15 mètres de diamètre. Il est surplombé d’une flèche octogonale dont quatre des huit pans sont percés de fenêtres trilobées de style flamboyant. Chaque nervure est garnie de crochets.

Plusieurs salles superposées composent l’intérieur de la tour. On y trouve de nombreux graffiti, gravés dans la pierre par des marins anglais, espagnols ou hollandais, emprisonnés dans la tour entre le XVIIe siècle et le XIXe siècle.

Une ordonnance du corps de la ville datant de 1209 mentionne déjà l’existence d’une "Tour de la Chaîne", n’ayant aucun rapport l’actuelle tour de la Chaîne, mais ayant la même fonction. En effet, celle-ci barrait alors l’entrée du port primitif de La Rochelle situé sur le ruisseau du Lafond.

Par la suite, celle-ci fut dénommée "Tour du Garrot" du nom de l’appareil de levage qui servait à désarmer les vaisseaux avant que ceux-ci puissent entrer dans le port. Le capitaine de tour était désigné comme étant le "désarmeur des nefs".

Selon Claude Masse le nouvel ouvrage commencé en 1445, incorpora par chemisage cette ancienne tour. Il ne fut achevé que 23 ans plus tard (1468), grâce au deniers personnels du maire de l’époque : Jean Mérichon . À l’origine elle formait l’angle sud-ouest de l’enceinte médiévale et sa tourelle à lanterne servait de phare et d’amer. Elle se situait à cette époque au bord de l’eau.

Conservé lors du rasement des fortifications en 1629, il fut ensuite intégré dans la nouvelle enceinte de 1689. De 1900 à 1914, une restauration sur des projets de Juste Lisch, puis sous la direction d’Albert Ballu, lui redonne son aspect médiéval.

Les divers noms de la tour
Le plus ancien était tour du Garrot. Selon certaines sources, les navires étaient désarmés à leur arrivée. Une machine à la Tour de la Lanterne permettait de "garrotter" les canons et de les soustraire aux bateaux qui pouvaient ainsi entrer dans le port sans risque pour la cité.

En 1568, afin de renforcer les murailles, on détruit les églises. Les catholiques fuient hors des murs, mais 13 prêtres sont arrêtés et enfermés dans la tour. Ils seront égorgés et précipités dans la mer du haut de la tour les semaines suivantes. La tour pris alors le surnom de tour des Prêtres. Surnom qui se renforça après l’égorgement de quatre autres prêtres par la foule, le 21 mars 1798.

Enfin, en 1822, deux des protagonistes de la « Conspiration de La Rochelle » sont enfermés à la tour avant d’être exécuté à Paris avec deux autres. La tour prit alors le surnom de tour des Quatre Sergents

Source: wikipedia

Avis clients (0)