Notre boutique utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur et nous considérons que vous acceptez leur utilisation si vous continuez votre navigation.

close

Panier  

No products

0,00 € Shipping
0,00 € Tax
0,00 € Total

Les prix sont TTC

Panier Commander

Bretagne
Fort de la Conchée

Fort de la Conchée

mer496-H

La Conchée (ou grande Conchée) est un îlot rocheux fortifié situé au large dans la baie de Saint-Malo. Construit par Vauban, le fort recouvre la quasi-totalité de l'îlot situé face à la grande plage de Rochebonne.

Plus de détails

Le passport bretonLE PASSEPORT BRETON, OFFICIELLEMENT DISTRIBUÉ PAR BZH-BOUTIQUE
Vous pouvez ajouter le passeport bretons (9 euros) à votre commande directement depuis cette page en complément ce ce produit.

Le passeport breton seul disponible ICI


+ -

11,04 €

En stock

Attention : dernières pièces disponibles !

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Notes et évaluations clients

Personne n'a fait d'évaluation
dans cette langue
Note / écrire un commentaire

En savoir plus

Collection: forts et phares de Bretagne

Fort de la Conchée


Matière: Résine
Taille: H 4,5 x 12 x 7,5 cm

  • Localisation : Ille-et-Vilaine
  • Construction : 1689

 

La Conchée (ou grande Conchée) est un îlot rocheux fortifié situé au large dans la baie de Saint-Malo. Construit par Vauban, le fort recouvre la quasi-totalité de l'îlot situé face à la grande plage de Rochebonne.

Ressemblant à un vaisseau de granit, difficilement accessible même par temps calme, le fort est actuellement en cours de restauration.
Sommaire

En 1689, Saint-Malo était alors un centre corsaire actif ouvert sur la Manche. Une attaque maritime massive menée par les ennemis du royaume de France devenait très probable. Lors de l'inspection des fortifications côtières, Vauban, architecte du roi Louis XIV, décide de renforcer et d'améliorer ses défenses.

Sous ses ordres, l'ingénieur-militaire Siméon Garangeau restaure les remparts de la ville et construit le Fort Royal (actuel fort National), le fort du Petit Bey, le fort Harbour et le fort de la Conchée.

Le choix de ce petit îlot de la Conchée (70 m de long pour 25 de large, et n'émergeant que de 5-6 mètres à marée haute), cerné par de violents courants et recouvert par les vagues à chaque coup de vent, est une gageure.

Mais, entre ce roc et la côte, il y a la fosse aux Normands. Dans cette zone dépourvue de récifs dangereux, les fonds de sable sont de bonne tenue et il y a toujours assez d'eau pour que de gros navires de guerre puissent mouiller leurs ancres à portée de canons de la ville fortifiée.

Pour protéger la garnison dans un ouvrage isolé, Vauban décide de construire un fort-casemate unique en son genre. Des voûtes « à l'épreuve de la bombe » et des murs très épais percés de larges embrasures permettent aux canonniers de couvrir la fosse aux Normands.

La réalisation de ces salles intérieures voûtées est un témoignage incomparable de l'extraordinaire maîtrise des ingénieurs militaires du XVIIe siècle.


En 1695, lors de la guerre de la Ligue d'Augsbourg, c'est comme prévu dans la fosse aux Normands que vient mouiller une très importante escadre Anglo-hollandaise. Seul le tiers sud de l'ouvrage est à peu près terminé mais il y a déjà de l'artillerie. Les coalisés considèrent cet obstacle comme suffisamment gênant pour tenter de le détruire au préalable en utilisant canons et brûlots. En vain. Le fort, ayant prouvé son efficacité, a rempli son rôle et il n'y aura plus d'incursion dans la fosse aux Normands.

Pour l'essentiel, l'ouvrage est achevé vers 1705 puis remanié et amélioré par la suite.

Le fort est démilitarisé en 1901, abandonné pendant des décennies et fortement endommagé pendant la libération de Saint-Malo à l'été 1944. Le fort de la Conchée a été gravement endommagé au cours de la dernière guerre mondiale par des artilleurs allemands qui l'utilisaient comme cible de réglage puis, lors de la libération de Saint-Malo, par des tirs perdus lors de l'intense pilonnage Allié de l'île de Cézembre, bunkerisée par les Allemands..

Il devient, vers 1946, la propriété d'un architecte, M. Cournon, puis celle de M. De Quenetain. En 1947, il est classé monument historique.


Restauration du fort.
La qualité de la construction est telle que le parement interne des murs frappés de plein fouet par un tir lors de la libération de Saint-Malo, à la hauteur d'un impact au milieu de la face est, n'a pas bougé d'un millimètre. Par contre, les logements des officiers sur la terrasse et la pointe sud n'ont pas resisté et n'existent plus. Des infiltrations d'eau de mer et de pluie à partir de la plate forme délitent peu à peu la maçonnerie : malgré sa robustesse, l'ouvrage courait alors à la ruine.

En 1989, la Compagnie du Fort de la Conchée, un groupe d'une vingtaine d'amoureux des vieilles pierres, en fait l'acquisition dans la seule intention de le restaurer.

Permettre le débarquement du personnel et du matériel est la première étape pour la restauration.

En 1993, une passerelle métallique est installée à la pointe sud mais elle est trop exposée. Une seconde est mise en place sur le flanc est, réutilisant quelques marches de l'escalier en granit originel. L'accès reste délicat, voire impossible lorsque le ressac dépasse un mètre.

En 2005, sur la terrasse, une grande partie des logements des Officiers est reconstruite et un rejointement soigneux permet, peu à peu, l'assèchement des intérieurs.

Tous ces travaux de qualité sont exécutés sous le contrôle d'un architecte des monuments historiques. La sauvegarde du fort est en bonne voie mais il reste encore beaucoup de travaux pour restaurer cet ouvrage.

Source: Phares et balises

Avis clients (0)