Notre boutique utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur et nous considérons que vous acceptez leur utilisation si vous continuez votre navigation.

close

Panier  

No products

0,00 € Shipping
0,00 € Tax
0,00 € Total

Les prix sont TTC

Panier Commander

Bretagne
Phare du Cap Fréhel

Phare du Cap Fréhel

mer409

Le phare a été implanté à 55 mètres au-dessus du niveau des plus hautes mers. Le nouveau bâtiment est en forme de U à un niveau, au milieu duquel s’élève une tour carrée surmontée d’une plate-forme...

Plus de détails

Le passport bretonLE PASSEPORT BRETON, OFFICIELLEMENT DISTRIBUÉ PAR BZH-BOUTIQUE
Vous pouvez ajouter le passeport bretons (9 euros) à votre commande directement depuis cette page en complément ce ce produit.

Le passeport breton seul disponible ICI


+ -

12,24 €

En stock

Attention : dernières pièces disponibles !

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Notes et évaluations clients

2 note(s)
Voir la répartition
Note / écrire un commentaire

En savoir plus

Collection: phares de Bretagne

Phare du Cap Fréhel


 

Télécharger les Phares de France dans Google Earth

Matière: Résine
Taille: 8.0 x 13.5 x 7.0 cm

  • Localisation : Cap Fréhel, Côtes-d’Armor
  • Construction : 1882 à 1887
  • Hauteur : 33,00 m
  • Élévation : 85,00 m
  • Portée : 29 milles nautiques

 

La tour Garengeau :
La tour Garangeau est constituée d’un fût cylindrique, soit un édifice de forme ronde exhaussé de 16 mètres au-dessus du sol. On y monte par un escalier à noyau pratiqué dans une tourelle attenante et de même hauteur que la tour. Elle renferme un embas voûté servant de magasin et deux étages voûtés servant autrefois de logement aux gardiens.

Le phare de 1950 :
Le sol sur lequel le phare a été implanté se trouve à 55 mètres au-dessus du niveau des plus hautes mers. C’est un terrain rocheux couvert de landes et dominant la mer. Le nouveau bâtiment est en forme de U à un niveau, au milieu duquel s’élève une tour carrée surmontée d’une plate-forme en encorbellement sur laquelle repose un massif circulaire supportant la lanterne. Dimensions principales de l’édifice : hauteur au-dessus du niveau du sol : 32, 85 m hauteur au-dessus du niveau des plus hautes mers : 88, 55 m hauteur du foyer au-dessus du niveau du sol : 29, 60 m hauteur du foyer au-dessus du niveau des plus hautes mers : 88, 30 m. La maçonnerie en moellons ordinaires est réservée pour les parements non vus et les parements induits. La maçonnerie en moellons de granit posés en assises réglées de hauteur inégale, avec parement smillé, est réservée pour le remplissage des façades et toutes les maçonneries vues autres que la pierre de taille. La maçonnerie de pierre de taille pour socles, angles, dallages, tableaux des baies, cintres, linteaux, appuis, colonnes, perrons, encorbellement, souches, gargouilles, couronnements, créneaux, emmarchement, est soit à bossage brut de fente, soit smillé, soit bouchardé.

Le soubassement et les chaînes d’angles ont été réalisés en pierre de taille à gros bossage. Les moellons ordinaires provenant de la démolition de l’ancien phare serviront aux maçonneries intérieures à parements non vus. Les moellons de parements sont de nature granitique, de couleur gris clair, beige ou chamois et proviennent des carrières de Dinan. Les pierres de taille sont en granit provenant des carrières des Sables-d’Or. Le béton armé a été utilisé pour la dalle constituant l’assise de la tour, la corniche entourant le bâtiment imitant le granit, l’escalier, les paliers, les planchers, les terrasses, les escaliers d’accès au sous-sol et leur garde-corps. Le toit et la terrasse sont en béton armé, la coupole en bronze. L’escalier de la tour en pierre de taille comprend 160 marches. Les murs de la salle d’honneur du phare sont décorés avec 12 panneaux en bois (50 cm x 50 cm), sculptés par l’artiste Tullou en 1950 et représentant des scènes sous marines, où la faune et la flore sont mis en relief. Une grande fresque réalisée en 1950 par René Aubert, sur le pignon intérieur ouest, de 4 m de longueur sur 2 m de largeur, représente une carte en relief des phares du département.
Etat de conservation : inégal suivant les parties

Historique

Datation(s) principale(s) : 3e quart 17e siècle ; 1er quart 18e siècle ; 4e quart 19e siècle ; 3e quart 20e siècle
Auteur(s) de l’oeuvre : Garengeau Simon (ingénieur, inspecteur des fortifications) ; Hémar Yves (architecte)
Justification de la (des) attribution(s) : attribué par source

La pointe du Cap Fréhel, entre la baie de Saint-Brieuc et la rade de Saint Malo, est occupée par deux phares qui se détachent nettement sur cette avancée battue par les vents.
La vieille tour, qui fut construite de 1701 à 1702, reste historiquement le plus ancien phare à terre de Bretagne. Elle se remarque par son architecture en tour fortifiée selon le plan élaboré par l´ingénieur Garengeau, à la demande de Vauban. Le phare actuel, construit de 1947 à 1950 selon les plans de l´architecte malouin Yves Hémar, est de grand atterrissage puisqu´il a une portée de 29 miles, grâce à une magnifique optique de 0, 50m de focale de deux éclats groupés, tournant sur une grande cuve à mercure.

Sa tour carrée est composée de moellons des carrières des Sables d´Or. Le rez-de-chaussée du phare comporte les logements des gardiens ainsi qu´une grande salle de réception boisée. Elle est ornée, sur sa gauche, d´une peinture murale représentant les phares de la côte. Le mobilier en place, ainsi que cette décoration, illustrent l’importance du service des phares après la seconde guerre mondiale. Enfin, le phare possède un ascenseur, chose rare dans ce type d´édifice. Le Cap Fréhel est un point remarquable pour la navigation grâce à sa position avancée dans la Manche, entre la baie de Saint-Brieuc et la rade de Saint-Malo. Aussi a-t-il de tout temps servi de point d’atterrissage pour les navires à destination de Saint-Malo : navires de commerce revenant des Antilles, d’Amérique du Sud ou des Indes, morutiers de retour de Terre-Neuve, corsaires ou pirates adeptes du trafic interlope, tous se retrouvaient sur les quais de la cité malouine. Cependant, la rade, difficile d’accès, n’est pas abritée des vents de nord-est ; les courants y sont violents, le marnage parmi le plus important d’Europe et les sept passes étroites sont encombrées de roches dangereuses.

Dès l’année 1650, selon l’abbé Manet qui s’intéressa de manière approfondie à l’histoire de la ville de Saint-Malo ("Histoire de la petite Bretagne, Saint-Malo, 1834), le développement du commerce malouin décida les autorités locales à établir un feu au sommet de la tour déjà construite sur l’île des Ebihens en avant de la pointe du Chevet. Il s’avéra cependant plus judicieux de l’installer sur la pointe de Fréhel "côte hardie, abrupte et coupée à pic, que sa grande élévation fait découvrir de très loin." Les phares de Fréhel : 1650 environ : une tour à feu est installée sur le cap par les commerçants et armateurs malouins à leurs frais. Ce fanal, alimenté au charbon de terre dans un réchaud en fer sur le sommet de la tour (alimenté par deux hommes nuit et jour), fut considéré comme trop sommaire et trop bas. Son remplacement s’avéra nécessaire. 1702 : la tour est reconstruite avec les moellons du premier édifice et le granite des îles de Chausey, sur les plans de l’ingénieur du roi, Garengeau (sous les ordres de Vauban). Quelques années plus tard, des travaux de consolidation furent exécutés sur la tour par Antoine de la Bussière. 1729 : le charbon est remplacé par de l’huile et le fanal reçoit la protection d’une première lanterne 1774 : installation d’un nouvel appareil à 60 bec lumineux à réverbères sur 3 rangs superposés (combustible : huile de baleine, puis huile de colza en 1819) 1821 : nouveau feu, appareil tournant à 8 grands réflecteurs, un éclat long toutes les 135 secondes (8 doubles becs d’Argant). 1er mai 1847 : feu de premier ordre à éclats longs blancs toutes les 30 secondes (système Fresnel) sur une nouvelle tour octogonale en pierres de taille, de 22 mètres de hauteur et de 3, 40 m de diamètre, avec des logements de gardiens sur les côtés. Projet présenté par les ingénieurs Boucher et Méquin, remanié par Léonce Reynaud, directeur du Service des Phares, approuvé par décision ministérielle du 17 septembre 1844. Travaux exécutés de 1845 à 1847 par les entrepreneurs Ramard et Mercier. L’accès au phare est facilité par la construction d’une route en 1851. La lumière est visible à 22 miles marins (40 km). En 1860, la commune de Plévenon achète une parcelle de 50 ares au service de la Marine pour la construction d’un poste électro-sémaphorique. 1884-1886 : construction des nouveaux bâtiments pour recevoir les machines électriques (qui ne furent pas installées) et accueillir les gardiens-mécaniciens ; travaux exécutés par l’entreprise Lecerf et Merdrignac de Dinan. 5 juin 1903 : nouveau feu à 2 éclats blancs toutes les 10 secondes, caractéristiques conservées de nos jours (nouvelle lentille lenticulaire de second ordre, 70 cm de distance focale). Installation d’une cuve à mercure BBT. Eclairage fourni par un brûleur à incandescence au pétrole. Dés 1940, le phare de Fréhel est entouré de nombreux blockhaus et autres éléments défensifs et de surveillance aérienne et maritime (radars), en raison du site stratégique qu’occupait l’édifice.

11 août 1944 : la tour moderne est détruite par les troupes allemandes. La vieille tour de 1702 porte un feu provisoire en juin 1945, alimenté par une ligne de haute tension, avec un petit groupe électrogène de secours. 1er juillet 1950 : feu à 2 éclats blancs toutes les 10 secondes sur une nouvelle tour carrée en pierre de taille à fort bossage, sur logements avec arcades. Travaux effectués par Péniguel, entrepreneur à Dinan, selon les plans de l’architecte malouin Yves Hémar. (Archives Nationales : F/14/19988, Paris, AD 22 série S). Une lampe halogène de 1000 w remplace l’ancienne lampe de 3000 w, et porte la lumière à 200 m par temps de brume et à 110 km par temps clair. Le système d’éclairage fonctionne aujourd’hui en automatique.

Le gardien assurant la maintenance et la surveillance de l’ensemble. En plus du système optique, le phare est équipé de systèmes électroniques de communication, un relais VHF pour le CROSS Corsen, un radio-phare et le système Radio Sylédis pour l’entrée des car-ferries à Saint-Malo. A l’extrémité de la pointe, une petite construction ronde renferme la corne de brume (2 sons par minute). Avant la guerre, à coté de ce bâtiment, il y avait une base pour les Sauveteurs Hospitaliers Bretons. Les marins descendaient leur canot à la mer à l’aide d’un système de palan, côté est. Le 17 novembre 1925, le Touring-Club-de-France (fondé en 1890) loue une partie de la pointe du Cap pour favoriser l’accueil des touristes et aménage une plate-forme, à l’emplacement de la sirène à vapeur.

 

Source: wikipedia



Avis clients (2)

    Notez et Donnez votre avis sur ce produit !

    Par Loïc N. :

    Le client a noté le produit mais n'a pas rédigé d'avis.

    Par DOMINIQUE D. :

    Le client a noté le produit mais n'a pas rédigé d'avis.