Notre boutique utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur et nous considérons que vous acceptez leur utilisation si vous continuez votre navigation.

close

Panier  

No products

0,00 € Shipping
0,00 € Tax
0,00 € Total

Les prix sont TTC

Panier Commander

Guillermo Forchino
Le photographe par Forchino

Le photographe par Forchino

FO85538

Un photographe animalier, de stars ou un paparazzi, Guillermo Forchino laisse planer le doute malgré le super équipement qu'il a dans sa sacoche. Pièce signée et numérotée. Livré avec son certificat d'authenticité.

Plus de détails

Le passport bretonLE PASSEPORT BRETON, OFFICIELLEMENT DISTRIBUÉ PAR BZH-BOUTIQUE
Vous pouvez ajouter le passeport bretons (9 euros) à votre commande directement depuis cette page en complément ce ce produit.

Le passeport breton seul disponible ICI


+ -

299,00 €

Pièce de collection expédiée sous 8 à 15 jours environ

Notes et évaluations clients

Personne n'a fait d'évaluation
dans cette langue
Note / écrire un commentaire

En savoir plus

Le photographe par Forchino

Il ne vous loupera pas, il vous aura en permanence dans son viseur.
Bref, ce photographe est superbe, jusque dans les détails de sa sacoche. J'adore !!!

  • Pièce signée et numérotée.
  • Livré avec son certificat d'authenticité.

 

  • Taille: 20 x 19 x 39 cm

 

Un instant de vie d'un photographe vu par Guillermo Forchino:

« Du glamour! C’est ça, c’est ça, de la séduction. Clic ! Encore une, c’est bien, c’est bien, et on esquisse un sourire façon diva, ensorcelez-moi, faites-moi votre regard de femme fatale. Clic ! Clic ! Clic ! Maintenant le regard lascif, les yeux sur l’objectif. Clic ! Clic ! … Ok, encore une, Clic! Clic!".

"Ça y est, c’est bon, c’est bon", dit le mannequin fatigué d’un tel remue-ménage. "Mais, maman –répondit Alberto Maccagno- si je ne m’exerce pas avec toi, je ne deviendrai jamais un photographe de mode ". "Mais, moi, j’en ai assez de tous ces flashes qui me brûlent les yeux! " dit la dame tandis qu’elle épongeait sa sueur avec le torchon de la cuisine, et quittait la pièce pour finir la soupe aux poireaux qu’elle avait laissée sur le feu. "Y’a pas moyen, les gens ne me comprennent pas", pensa Alberto. Et pile à ce moment-là, sa grand-mère passa devant la porte …" Grand-mère, grand-mère, venez, venez, asseyez-vous sur ce tabouret … "

Avis clients (0)