Notre boutique utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur et nous considérons que vous acceptez leur utilisation si vous continuez votre navigation.

close

Panier  

No products

0,00 € Shipping
0,00 € Tax
0,00 € Total

Les prix sont TTC

Panier Commander

Guillermo Forchino
Le chasseur par Forchino

Le chasseur par Forchino

FO85535

Cette scène de chasse est superbe. Le chasseur jumelles à la main, le fusil cassé sur le bras gauche, l'appeau autour du coup et le chien entre les jambes prêt à bondir. Pièce signée et numérotée. Livré avec son certificat d'authenticité.

Plus de détails

Le passport bretonLE PASSEPORT BRETON, OFFICIELLEMENT DISTRIBUÉ PAR BZH-BOUTIQUE
Vous pouvez ajouter le passeport bretons (9 euros) à votre commande directement depuis cette page en complément ce ce produit.

Le passeport breton seul disponible ICI


+ -

277,00 €

Pièce de collection expédiée sous 8 à 15 jours environ

Notes et évaluations clients

Personne n'a fait d'évaluation
dans cette langue
Note / écrire un commentaire

En savoir plus

Le chasseur par Forchino

Cette figurine représentant un chasseur et son chien qui est absolument magnifique, chaque détail est à sa place.
Quoi qu'il en soit, personnellement, quand ce chasseur s'apprête à tirer, un conseil, restez à 50 mètres derrière lui. Avec un peu de chance se sera suffisant.

  • Pièce signée et numérotée.
  • Livré avec son certificat d'authenticité.

 

  • Taille: 18.5 x 17 x 38.5 cm

 

Un instant de vie imaginé par Guillermo Forchino pour ce chasseur:

Sacha chaussa ses bottes, prit son fusil, sa casquette et sa cartouchière. Son chien, Tom, voyant ça, se mit à faire des bonds et à courir dans tous les sens. « Chérie, on part à la chasse », dit-il à sa femme.

Puis, en fermant à moitié les yeux et d’un air suffisant, il ajouta : « Ce soir, au dîner, ce sera du canard ».

Après six heures passées dans les marécages, après avoir vidé la boîte de munitions et essayé avec un lance-pierre et tous les bâtons et les cailloux qu’il avait trouvés sur son chemin, rien n’y avait fait, il n’avait pu tuer le moindre canard. Par chance, le supermarché du village était ouvert. Ce soir-là, au dîner, ils mangèrent un succulent poulet fermier.

Avis clients (0)