Notre boutique utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur et nous considérons que vous acceptez leur utilisation si vous continuez votre navigation.

close

Panier  

No products

0,00 € Shipping
0,00 € Tax
0,00 € Total

Les prix sont TTC

Panier Commander

Anatole Le Braz

Portrait en frontispice de Contes bretons édité par Charles A. Bruce, New York, 1915Anatole Le Braz, de son véritable nom Anatole Jean François Marie Lebras1, (2 avril 1859 - 20 mars 1926) est un écrivain et un folkloriste français de langue bretonne, mais n'ayant écrit qu'en français. Il a pris une part très importante dans le mouvement régionaliste en Bretagne à la fin du 19e siècle et au début du siècle suivant. Il a été nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1897.

Vie
Il est né à Saint-Servais (Côtes-d'Armor). Sa mère est Jeanne Le Guiader et Nicolas Lebras, son père, exerce son métier d'instituteur en différentes communes de Bretagne, parmi lesquelles Ploumilliau, dont l'église contient une statue de la Mort représentée en faucheuse et appelée l'Ankou. Nicolas Lebras affectionne les chants en breton et les retranscrit sur des cahiers, dont héritera son fils à qui il transmet la capacité de parler et d'écrire en breton. Le recteur de Ploumilliau lui enseigne le latin.
Il est inscrit comme interne au lycée impérial de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), établissement qui est aujourd'hui un collège secondaire portant son nom. Il passe régulièrement ses vacances dans le Trégor, qui a beaucoup inspiré son œuvre.
Pendant ses études supérieures de lettres, il est répétiteur en 1879 au Lycée Saint-Louis à Paris, puis il obtient une bourse en 1880, année au cours de laquelle, il obtient la licence de lettres et prépare une agrégation de philosophie qu'il ne termine pas pour raisons de santé. Cela ne l'empêche pas d'enseigner la philosophie au collège d'Étampes vers 18802, ni surtout d'obtenir en 1886 un poste de professeur de lettres au lycée de Quimper, nomination qui déclenche sa vocation littéraire.
À Quimper, avec François-Marie Luzel, l'archiviste départemental, il collecte des chansons populaires bretonnes. Il fera, plus tard, des enquêtes auprès des paysans et des marins de Bretagne, récoltant chansons, contes et légendes populaires.
En 1890, Luzel fait paraître le résultat de leur travail en commun sous le titre de Soniou Breiz-Izel. L'ouvrage est récompensé par le prix Thérouanne. À la suite de ses propres travaux, il publie notamment La Légende de la Mort chez les Bretons armoricains, Les Saints bretons d'après la tradition populaire et Au Pays des pardons. C'est lui qui reçoit et publie partiellement la première version manuscrite de l'autobiographie de Jean-Marie Déguignet.
Après avoir demandé l'avis d'Ernest Renan, il demande et obtient de l'administration l'autorisation de donner un cours de breton facultatif aux lycéens. Le premier du genre en Bretagne.
En 1890, il se marie avec Marie Le Guen, dont il aura deux filles et un fils.

En août 1898, il est président de l'Union régionaliste bretonne créée à Morlaix à la suite de fêtes bretonnes. Il rejoint en 1899 l'Association des Bleus de Bretagne. La même année, en tant que président de l'URB, il dirige la délégation des 21 bretons qui se rendent à l'Eisteddvod de Cardiff et reçoit l'investiture comme barde, sous le nom de Skreo ar Mor (La mouette). Il ne participera pas aux activités de la branche bretonne du Gorsedd, créée 3 mois plus tard.

Il est nommé maître de conférence, puis professeur à la faculté des Lettres de Rennes de 1901 à 1924. Ses travaux portent sur la Bretagne, le romantisme et sur le théâtre celtique (il s'agit, en fait, du théâtre médiéval et moderne en breton), sujet de sa thèse en 1904.
Au mois d'août 1901, avant même son entrée en fonction à Rennes, il fut frappé par une grande tragédie, car il perdit son père, sa belle-mère et ses quatre sœurs dans le naufrage d'un bateau dans l'estuaire de la rivière de Tréguier.
Après la mort de sa femme en 1906, il obtient d'être chargé de mission d'enseignement en Suisse et aux États-Unis. Par la suite, il fit de nombreuses conférences sur la littérature française et sur la Bretagne dans ces deux pays, en 1910, en Suisse et de 1910 à 1912 aux États-Unis. Il vint à Rennes en 1911 participer aux cérémonies pour l'inauguration du monument symbolisant l'union de la Bretagne à la France qui était placé sur la façade de l'hôtel de ville de Rennes. Contre la volonté des autorités, il prononça alors une partie de son discours en breton.
C'est aux États-Unis qu'il se trouve pendant la guerre de 1914-1918 et il s'efforce, sans l'aval des autorités françaises, de convaincre ses publics américains de la nécessité d'entrer en guerre. Il a la douleur de perdre son fils mort au front en 1916 et aussi sa deuxième épouse en 1919.
Il revient enseigner en 1920 à l'Université de Rennes, mais déjà atteint par la maladie, il prend sa retraite.

Le 3 septembre 1921, il se remarie avec Mary Lucinda Davidson, sœur de Henry Davidson, ancien président de la Croix-Rouge des États-Unis et directeur de J.P. Morgan, à New-York3. Ce mariage l'amènera a entreprendre une seconde carrière pendant les années de retraite comme conférencier sur la Bretagne dans le pays de son épouse.
Il meurt en 1926 d'une congestion cérébrale à Menton et il est ensuite enterré à Tréguier.

Œuvre
Son œuvre, assez diverse, est principalement composée de fiction ("Le Gardien du feu"), de récits de voyages en Bretagne et de conférences. Il a été aussi un folkloriste quand il a assisté Luzel dans l'édition de chansons en breton et quand il a recueilli des discours et contes populaires sur la Mort, en Bretagne. Il a fait aussi œuvre de critique littéraire quand il a étudié le vieux théâtre en breton.
Anatole Le Braz a été admiré pour la qualité de sa langue, non seulement dans ses exercices littéraires, aussi mais dans son brillant exercice de l'art oratoire.
L'influence littéraire et politique d'Anatole Le Braz, disciple et visiteur régulier d'Ernest Renan, a été importante, parce qu'il a présenté une relation à la Bretagne qui n'excluait nullement une allégeance sincère à la France.
Ses romans et ses descriptions de la Bretagne rurale ont intéressé un public, qui y voyait un des restes d'exotisme sur le sol métropolitain. Il apparaît alors comme un contrepoids à l'influence passéiste de La Villemarqué, dans les pas de son maître républicain et trégorrois, François-Marie Luzel qu'il aida à publier ses collectes de chansons bretonnes.

Engagements politiques
Il était dans le camp des Républicains, au moment où la population se ralliait progressivement à la République et il a réussi à apparaître comme un homme de concorde, vis-à-vis des régionalistes de droite. Mais, il s'éloigna de l'Union régionaliste bretonne, quand celle-ci lui apparut devenir un refuge de la "réaction" antirépublicaine.
S'il a rompu avec le mouvement régionaliste organisé qui était tombé sous une influence aristocratique et cléricale, il n'a jamais cessé de vouloir faire partager son amour de la Bretagne à des publics même très éloignés, sans jamais cesser de célébrer la pensée française et les grands écrivains français.
Pourtant, François Jaffrennou, dont il dirigea la thèse en breton sur Prosper Proux, écrit en 1931 : "Il n'est pas exagéré de dire qu'Anatole Le Braz doit être considéré comme le créateur du Mouvement breton contemporain" et le même cite ensuite sa profession de foi au moment de la création de l'URB : "Je ne suis qu'un poète. Mais je suis Breton d'abord et Breton bretonnant. J'habite la Bretagne : j'y ai toujours habité. Je me crois en contact direct avec l'âme et le cœur de mon Pays. Or, je constate chez lui à ce moment une aspiration à renaître… N'oublions pas que nous fondons une œuvre qui, quelles que soient les difficultés, durera autant que la Bretagne."4. Manifestant une grande indépendance d'esprit qui étonnait ses amis régionalistes, il écrivit, en 1919, une préface à l'anthologie de Camille Le Mercier d'Erm5, alors même que celui-ci professait avec fougue des idées séparatistes.
À la suite d'un voyage en Irlande en 1908, il prit clairement position en faveur de la libération de ce pays.

Anatole Le Braz et le breton
Il a été le premier fonctionnaire public autorisé à donner des cours de breton dans un établissement d'enseignement et c'est sur sa demande que le Ministère accepte, en 1911, que les cours d'études celtiques donnés par Georges Dottin à Rennes puissent être sanctionnés par deux diplômes, le certificat supérieur d'études celtiques et le doctorat ès Lettres celtiques. Se définissant comme progressiste, il rendait compte d'une expression en breton qu'il appréciait beaucoup, mais dont, comme Renan, il ne souhaitait pas la survivance comme langue d'expression autre que patrimoniale et intellectuelle, y voyant un obstacle à la pénétration de la langue de culture qui ne pouvait être que le français.
Jaffrennou cherche à répondre en 1931 à ceux qui disaient : "Nous ne voyons pas en quoi Le Braz a enrichi le patrimoine littéraire de cette langue dont il semblait souhaiter la rénovation".
Il répond que rien n'est publié et, c'est un fait qu'il ne reste que très peu de choses de son expression écrite en breton, des poèmes et des nécrologies, alors même qu'il le parlait avec beaucoup de distinction. En fait, seule une pincée de textes ont été recensés par Lucien Raoul dans différentes revues8. La bibliographie la plus complète de Le Braz (jusqu'en 1929) est donnée par Joseph Ollivier et couvre 69 pages de la revue des Annales de Bretagne.

Mémoire
Le buste d'Anatole le Braz a été placé en 1930 devant la façade du collège qui porte son nom à Saint-Brieuc (22), et on l'on peut y lire : "Ici, j'apprenais le français pour chanter la Bretagne". Plusieurs centaines de communes de Bretagne ont donné son nom à l'une de leurs rues

Publications

  • Soniou Breiz-Izel, 2 volumes, chansons populaires de la Basse-Bretagne, recueillies et traduites par Luzel avec la collaboration d'Anatole Le Braz, préface d'Anatole Le Braz, Paris, Bouillon, 1890
  • La Chanson de la Bretagne, poésie, 1892
  • Tryphina Keranglaz, poème, 1892
  • La Légende de la mort en Basse-Bretagne, 1893.
  • Les Saints bretons d'après la tradition populaire en Cornouaille, 1893-1894.
  • Au pays des pardons, chroniques, 1894.
  • Pâques d'Islande, nouvelles, 1897.
  • Vieilles histoires du pays breton, 1897
  • Le Gardien du feu, roman, 1900.
  • Le Sang de la sirène, nouvelles, 1901.
  • La Légende de la mort chez les Bretons armoricains, réed. augmentée de La légende de la mort en Basse-Bretagne, 1902.
  • Cognomerus et sainte Trefine. Mystère breton en deux journées, texte et traduction, 1904
  • Contes du soleil et de la brume, nouvelles, 1905.
  • Âmes d'Occident, nouvelles, 1911.
  • Poèmes votifs, 1926.
  • Récits de Passants, nouvelles, chez Calmann-Lévy, 1933
  • Introduction, Bretagne. Les guides bleus, Hachette, 1949

Source: Wikipedia