Notre boutique utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur et nous considérons que vous acceptez leur utilisation si vous continuez votre navigation.

close

Panier  

No products

0,00 € Shipping
0,00 € Tax
0,00 € Total

Les prix sont TTC

Panier Commander

René-Théophile-Hyacinthe Laennec

Portrait de René LaënnecIl naît la 17 février1781 à Quimper. Médecin français, il est connu du public pour son invention de l’auscultation à l’aide du stéthoscope. Il décède en son manoir de Ploaré à Douarnenez le 13 août 1826 à seulement 45 ans.

René Laënnec, inventeur du stétoscopeFils et petit fils d’avocats, son grand-père a même été maire de Quimper en 1763 pendant deux ans. Il a appris le Breton et l’utilise couramment dans sa correspondance avec son père. A l’âge de 5ans Il perd sa mère, atteinte de tuberculose. Son père ne pouvant s’occuper de lui le confie à un de ses frères médecin à Nantes. Il entame des études de médecine en 1800 à l’hôpital de la Charité et est reçu docteur en médecine en 1804.Il a été l’élève de Corvisart célèbre médecin de  Napoléon.

Nommé en 1816 à l’hôpital Necker, il s’intéresse aux maladies pulmonaires en utilisant la technique de percussion inventée par un médecin autrichien et diffusée en France par Corvisart. Passant vers les guichets du Louvre, il remarque deux gamins qui s’amusent autour d’une longue poutre en bois. L’un grattant une extrémité de la poutre avec une aiguille et l’autre écoutant l’oreille collée à l’autre bout. En les regardant Laënnec vient de comprendre le principe de ce qui sera le stéthoscope. Revenu au chevet d’une jeune patiente, il roule une feuille de papier en cylindre, appuie une extrémité sur la poitrine de la patiente et colle l’autre à son oreille. Il perçoit nettement les bruits du cœur et de la respiration. Il vient d’inventer l’auscultation. Il fera fabriquer des instruments en bois auxquels il donnera le nom de stéthoscope (stétos en grec signifiant poitrine) En 22 mois, Laennec a découvert toute la sémiologie pulmonaire et a fait faire à la médecine un bond prodigieux. Sa classification des bruits d’auscultation (rhonchus, râles crépitants…) est toujours utilisée par les médecins. Beaucoup de termes médicaux sont associés à son nom.

En février 1818, il présente ses découvertes dans un discours à l'Académie de Médecine, et en 1819, il publie son Traité d'auscultation médiate où il classe les bruits émis dans le thorax. En 1822, il est titulaire de la chaire de médecine pratique du Collège de France.

IRendez-vous chez le docteur Laënnecl est à l’origine de certains termes de médecine tels que cirrhose (du grec Kirrhos=fauve) et mélanose (mela = noir). Il a beaucoup contribué à l’étude de la tuberculose. Il introduit en médecine des règles très strictes d’observation. Son œuvre originale le hisse au niveau des plus grands pionniers aux côtés de Vésale, Harvey ou Hippocrate.

Il est lui-même atteint de tuberculose, diagnostiquée par son neveu Mériadec Laënnec à l’aide de son stéthoscope qu’il lui lèguera par testament. Malade, il se retire en son manoir de Kerlouarnec à Ploaré, près de Douarnenez où il s’éteint le 13 août 1826. Très pieux sa charité envers les pauvres était proverbiale.

A Quimper, sur la place entre la mairie et la cathédrale trône sa statue en bronze érigée par souscription de médecins bretons, français et étrangers. Une autre statue en bronze se trouve devant la faculté de médecine de Nantes et de nombreux bustes et plaques rappellent son souvenir. Une des quatre facultés de médecine de Lyon porte son nom ; de nombreuses rues et places de nos villes également qui a aussi été donné à un des grands paquebots des Messageries Maritimes.