Our webstore uses cookies to offer a better user experience and we consider that you are accepting their use if you keep browsing the website.

close

Cart  

No products

0,00 € Shipping
0,00 € Tax
0,00 € Total

Prices include tax.

Cart Checkout

 

Dégustez votre moka grâce aux Bretons !

Au XVIII ème siècle, la France possédait dans l'Océan Indien l'île Bourbon (actuellement Réunion). Pour les navires malouins, c'était une escale importante sur la route des Indes.
Afin de renouveler leurs activités, " ces messieurs " (de Saint-Malo) pensèrent au café. Les voilà partis pour Moka, dans l'actuel Yémen.

Le deuxième voyage fut couronné de succès, aidé par l'abcès à l'oreille de l'imam du Yémen, habilement soigné par le chirurgien malouin. Ils rentrèrent à Saint-Malo, les cales chargées de café. Au voyage suivant, l'imam leur confia en plus des plants de caféier pour en risquer la culture sur l'île Bourbon.
Les Bretons qui avaient quitté Madagascar pour cette île, réussirent à faire fructifier l'unique plant qui avait survécu au voyage, d'autant plus facilement que des caféiers sauvages poussaient déjà sur l'île. On croisa les plants de Moka avec les sauvageons de Bourbon. Le produit de ces deux variétés donna un café excellent qui subvint aux besoins de la France vers le milieu du XVIII ème siècle.

Pourquoi ne pas faire profiter l'île-de-France voisine et accroître la production ? (actuelle île Maurice). Elle présente de plus des avantages que Bourbon n'a pas. Au fond d'une belle baie on créera un port, Port-Louis, comme celui qui se trouve près de l'Orient !

Le café poussa donc sur cette île et l'on appela la région plantée Moka, naturellement.

Et le café eut le succès que l'on sait, malgré la marquise de Sévigné qui avait prédit, parlant d'un de nos plus grands auteurs dramatiques : " Racine passera comme le café " !

Double erreur, chère marquise ! Certes le café est passé, passe et passera encore… dans la cafetière. Quant à Racine, on n'a pas fini de le voir passer… dans les manuels scolaires.