Our webstore uses cookies to offer a better user experience and we consider that you are accepting their use if you keep browsing the website.

close

Cart  

No products

0,00 € Shipping
0,00 € Tax
0,00 € Total

Prices include tax.

Cart Checkout

 

L'origine de Lorient

Depuis longtemps, les navigateurs bretons commençaient avec les Indes. Ce mot n'avait pas le sens précis qu'il a de nos jours. Les Indes, c'était l'inconnu, tout ce qui se trouve à l'est de l'Afrique. On rêvait de Cipango (le Japon) et Cathay (la Chine). Les Malouins étaient conscients de l'enjeu économique. Ramener des parfuns, du poivre et autres épices, des diamants …

Vers le milieu du XVII ème siècle, sous l'impulsion de la Meilleraye, gouverneur de Nantes, la France envoie des émigrants à Madagascar afin d'organiser un réseau marin. Il ramène à Nantes en mai 1664 une cargaison de rêves : cires, cuirs, ébène, pierreries. Colbert, averti, devine l'avantage que la France (et lui !) pourrait en tirer.

Il décide de créer une Compagnie des Indes avec un capital de 15 millions de livres. Trouver l'argent n'est pas chose facile. Mais Colbert est tenace, surtout lorsqu'il s'agit de l'intérêt de la France. Il ne manque plus que des navires et un port d'attache.

Après quelques hésitations (Bayonne, Rochefort, Paimboeuf ayant été écartés pour diverses raisons), c'est Port-Louis qui est choisi en mars 1666. La rade est profonde, l'abri parfait dans l'estuaires du Blavet et du Scorff. Tout autour, se trouvent des forêts prê à donner leur bois pour la construction des navires, des gisements de granit pour l'édification d'une ville.

Juin 1666. La compagnie des Indes orientales s'installe à Port-Louis. Il y a là " des terrains vagues et inutiles appartenant au domaine royal, situés à l'embouchure du Scorff ". Ces terrains ne resteront pas inutiles longtemps. Une ville va sortir de terre et s'étendre. Des quais façonneront un port, une porte vers les Indes, vers la richesse.

Un port pour embarquer ver l'Orient magique. L'Orient …
Lorient ! C'est aussi simple que cela.