La petite histoire de la Marinière, ce tricot de marin qui fait fureur !

1 Commentaire 2391 Vues

Indémodable et intemporelle, la marinière, ce légendaire pull blanc rayé aux bandes bleues et blanches, est très largement associée à l’image de la Bretagne. C’est aussi, depuis des années, un basic de la garde-robe masculine et féminine rendu aussi populaire que trendy par Jean-Paul Gaultier. Plus récemment, même Arnaud Montebourg s’y est mis !
Mais savez-vous qu’à une époque, si vous portiez une marinière, vous auriez pu finir sur le bûcher ?

Quand porter une marinière vous aurait mis au ban de la société !

Au Moyen-âge, on dit que le diable s’habille en rayure et les vêtements rayés sont une véritable ignominie. Seuls les marginaux et les réfractaires à l’ordre divin, comme les fous et les déviants, les prostituées et les lépreux, les bouffons et bourreaux, osent porter des étoffes rayées. En 1789, les révolutionnaires ont adopté le pantalon à rayures bleues et blanches pour marquer leur opposition aux codes vestimentaires des nobles et des bourgeois. Même plus tard, au XXe siècle, les imprimés rayés souffrent encore d’une mauvaise réputation et sont  réservés aux domestiques, aux bagnards ou encore aux malfrats et hors-la-loi.

Découvrir les marinières de Bzh-Boutique
Couverts celte Lugh

Qui dit marinière dit marin bien sûr !

Au XVIIe siècle, la marinière est un sous-vêtement à l’usage des marins. Les rayures permettaient alors de mieux repérer les hommes tombés en mer (on n’avait pas encore inventé le gilet de sauvetage fluo !). On retrouve d’ailleurs la marinière sur des peintures anglaises ou hollandaises retraçant les grandes batailles navales. En 1858, le tricot rayé bleu indigo fait officiellement partie de la tenue réglementaire du matelot de la Marine Nationale : « Le corps de la chemise doit compter 21 rayures blanches, chacune deux fois plus large que les 20 à 21 rayures bleu indigo. »

De Coco Chanel à Jean-Paul Gaultier, la marinière acquière ses lettres de noblesse

Durant la Première Guerre mondiale, Gabrielle « Coco » Chanel contribue à populariser la marinière en cultivant look marin lors de ses escapades à Deauville. Dans les années 60, c’est Yves Saint Laurent qui impose le style marinière dans l’univers de la haute couture en proposant des robes en sequin avec des rayures dans ses premières collections. Dans les années 80, Jean-Paul Gaultier adopte lui-même la marinière et la propulse sur les podiums comme sur les unes des magazines de mode. Quelques années plus tard, c’est Karl Lagerfeld qui dépoussière la marinière et accentue davantage encore son côté glamour.

La marinière serait-elle victime de son succès ?

Devant l’engouement pour ce fameux tricot de corps à rayures, beaucoup de fabricants, notamment en Chine ou Roumanie, ont commencé à le confectionner en masse. Toutefois, il y marinière et marinière ! Si vous ne souhaitez pas acquérir une bien pâle copie qui au premier lavage se transformera en body taille 12 ans, faites vos achats sur la Bzh-Boutique !!! Découvrez vite les collections de marinières traditionnelles, de beaux modèles à porter en toutes circonstances qui allient élégance et décontraction !

Spread the love

Articles liés

1 Commentaire

  1. Jacob

    Je ne vois pas ce que la marinière a de breton ?

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués ( requis )

Incontournables