Le pèlerinage des Sept Dormants, un pardon islamo-chrétien en Bretagne

Aucun Commentaire 316 Vues

Saviez-vous que chaque été au mois de juillet  la commune du Vieux-Marché dans les Côtes-d’Armor accueillait des pèlerins chrétiens et musulmans ? Il s’agit d’un pardon islamo-chrétien unique en Bretagne qui se tient depuis plus de 60 ans autour de la chapelle dédiée aux Sept Dormants d’Éphèse près de Plouaret dans le Trégor. Découverte.

Louis Massignon et les Sept Dormants

Nous sommes en 1954 et c’est le début de la Guerre d’Algérie. L’orientaliste et œcuméniste catholique Louis Massignon (1883-1962) veut réconcilier islam et christianisme. Comment ? En reliant les sept Saints-Fondateurs de la Bretagne aux Sept Dormants d’Éphèse ou Ahl al-kahf (en arabe «Gens de la Caverne»). C’est ainsi qu’est né le premier pèlerinage islamo-chrétien, une marche pour la paix, un pèlerinage pour le vivre ensemble.

Qui sont les Sept Dormants d’Éphèse ?

Le miracle des Sept Dormants est très populaire aussi bien en Orient qu’en Occident. Des textes musulmans (sourate 18 du Coran, dite « La Caverne ») et des auteurs chrétiens de Syrie y font allusion. Ainsi, selon la tradition chrétienne d’Orient, les Sept Dormants auraient été emmurés vivants au IIIe siècle dans une grotte près d’Éphèse (actuelle Turquie) par l’empereur Decius pour avoir refusé d’abjurer leur foi. Ils se réveillent miraculeusement plus de 300 ans plus tard avec l’impression de n’avoir dormi qu’une nuit !

Et c’est quoi le rapport entre la Bretagne et le Moyen-Orient ?

Le culte des sept Saints-Dormants serait apparu au beau milieu de la lande bretonne du Trégor au IIIe siècle avec des moines ou des missionnaires grecs qui suivaient les caravanes des marchands d’Orient sur la Route de l’étain. Une autre hypothèse parle de marchands musulmans ayant emprunté la même route au Moyen Âge, de la Méditerranée au port du Yaudet en baie de Lannion.  En tous cas, c’est ce qui motive François-Marie Luzel et Ernest Renan quand ils publient en 1878 deux articles qui établissent un lien direct entre la chapelle des sept-Saints du Vieux-Marché en Bretagne et la légende des sept-Dormants d’Éphèse en Turquie.

Parmi les similitudes mises en avant, la Gwerz, un cantique breton oublié chanté au Vieux Marché depuis des siècles lors du pardon des Sept Saints qui raconte la même histoire. Autre analogie : la chapelle du Vieux Marché, construite au-dessus d’un dolmen aménagé en crypte qui évoquerait la caverne miraculeuse où les Sept Dormants se seraient réveillés.

Il n’en faut pas moins pour que Louis Massignon associe les sept saints fondateurs de la Bretagne aux sept dormants éphésiens. Le pèlerinage des Sept Dormants est aujourd’hui considéré comme l’une des plus anciennes œuvres de dialogue islamo-chrétien en France.

Spread the love

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués ( requis )

Incontournables