Connaissez-vous Naïa, la terrifiante sorcière de Bretagne ?

3 Commentaires 11379 Vues

Les légendes populaires bretonnes regorgent des personnages mystérieux et énigmatiques comme les rebouteux et guérisseurs, les jeteurs de sorts et les esprits malfaisants…Breizh blog vous propose un voyage au cœur du monde occulte et mystérieux de la sorcellerie à travers l’histoire de Naïa la sorcière de Rochefort en Terre née à Malensac dans le Morbihan à la fin du XIX siècle.

Croyances et superstitions, miracles et sortilèges…

Tous les habitants de Rochefort-en-Terre, d’une génération à l’autre, l’ont toujours connue très vieille si bien que tous pensèrent que Naïa, la sorcière du vieux Château, était immortelle et déjouait les lois de la nature humaine et du temps ! Ceux qui l’ont côtoyée la décrivent comme une femme intelligente et instruite rôdant dans les ruines du château de Rieux, au cœur du vieux donjon féodal sur les hauteurs de Rochefort-en-Terre. Une chose est sûre, on racontait beaucoup de choses au sujet de cette bonne femme aux pouvoirs étranges aussi crainte que respectée à travers toute la contrée. Ses exploits fascinaient les populations alentour. Elle possédait le don d’ubiquité, manipulait les braises sans se brûler, prédisait l’avenir à ceux et celles qui voulaient bien l’entendre, lisait les lignes de la main, communiquait avec l’esprit de « Gnâmi » un démon plus fort que la mort et  jetait  même de mauvais sorts aux pauvres mortels ! Certains affirment qu’elle ne mangeait pas, ni ne buvait… Il valait mieux l’avoir comme amie !

Mais à quoi donc ressemblait la sorcière Naïa ?

Une silhouette robuste, un bâton noueux à la main, des paluches comme des battoirs, un front ridé et des yeux où se lit l’effroi, vitreux comme ceux des morts… Drapée dans un grand châle couvrant une robe de laine grossière, les bras levés vers le ciel, la célèbre Magicienne de Rochefort en Terre parlait souvent un langage sibyllique effrayant comme si elle invoquait Lucifer. À chacune de ses apparitions, cette vieille femme à l’allure sévère et sans âge terrorise autant les notables que les paysans. La « chaman » de Rochefort en Terre ne passait pas inaperçue, du moins si on avait la chance de la croiser, car, selon la légende, jamais on ne l’a rencontrée sur une route ou un sentier… Les plus téméraires, ou les plus désespérés, devaient prendre leur courage à deux mains et se rendre aux abords de sa tanière pour lui raconter leurs peines et obtenir ses faveurs.

Une enquête et un musée pour que la sorcière Naïa rentre dans la légende

En 1899, la revue britannique Wide World Magazine fait l’écho de l’enquête menée par l’écrivain et photographe Charles Géniaux. Le romancier, prix d’Académie française en 1917, rencontre à maintes reprises la sorcière Naïa, recueille des témoignages et surtout prend de nombreuses photos de la sorcière bretonne qui vécut jusque dans les années 1920 à Rochefort en Terre.

Depuis 2015, le Naïa Muséum de Rochefort-en-Terre, musée des arts de l’imaginaire fantastique (peintures, sculptures, photos, dessins, arts numériques…), retrace la vie de ce personnage si fascinant et ô combien théâtral qui a su entretenir une part de légende autour de ses pouvoirs et jouer de son rôle de sorcière avec malice et amusement.

Spread the love

Articles liés

3 Commentaires

  1. Vailloud Christophe

    Une chose me fascine concernant Naïa la sorcière à la peau sombre.

    Pour moi, elle ne possède pas un visage, ni d’Europe, ni d’Afrique et non-plus du Moyen-Orient. Par contre, en comparant sa photographie avec celle de Goyahkla (Géronimo), j’y trouve une forte ressemblance physique.

    Historiquement, l’arrivée de Naïa à Rochefort-en-terre en 1898, se situe neuf ans après la 1ere tournée en Europe du « Wild West Show » de Buffalo Bill en 1989. En sa disparition, avec celle de la deuxième en 1905.

  2. La folle histoire de « la dame de St-Lunaire » et de son incroyable « Château » - Le Breizh-Blog

    […] Pourquoi a-t-elle entrepris la construction d’un tel édifice ? Délires de persécution ou dessein d’une écorchée vive adepte de l’art brut, personne ne sait vraiment… Agathe d’Oléron (qui a réalisé un documentaire sur « La dame de Saint-Lunaire » sorti au printemps 2016) évoque une douloureuse expérience que Jeanne Devidal aurait vécue durant la seconde guerre mondiale en Normandie, ayant vu des proches mourir sous ses yeux. Peut-être voulait-elle transformer sa maison en bunker indestructible et s’y retrancher. Toujours est-il que, jusqu’à la fin de ses jours, Jeanne Devidal ne s’est jamais exprimée sur ses motivations. Le mystère reste entier et c’est ce qui rend cette histoire intrigante ! Cette petite histoire vous a plu, découvrez celle de Naïa, la sorcière de Rochefort-en-Terre ! […]

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués ( requis )

Incontournables