La révolte des Bonnets rouges

Aucun Commentaire 324 Vues
L’histoire se répète !!!

La révolte des Bonnets rouges s’est produite d’avril à septembre 1675 sous le règne de Louis XIV, ainsi appelé parce que dans sa partie bretonne les insurgés portaient des « bonnets rouge ».
Aussi connu sous le nom de « Révolte du papier timbré », révolte contre le surplus de taxes de l’ancien régime.

Pourquoi cette révolte ?
Eh bien !  tout commence trois ans plus tôt (1672). Louis XIV déclare la guerre aux Provinces-Unies (Pays-Bas septentrionaux). A l’approche rapide des armées françaises, les hollandais (retenez bien ce mot on en reparlera aussi plus tard) ont ouvert leurs digues et inondé les terres, ce qui bloqua durablement les armées françaises.
Le commerce breton a été fortement menacé à cause de la flotte hollandaise qui patrouillait au large des côtes bretonne.

Faire la guerre coûte cher.
En effet, Louis XIV n’avait pas prévu que cette guerre allait s’éterniser, il dut trouver des financements rapidement, c’est ainsi qu’apparurent les taxes sur le papier timbré en avril 1674, ce qui augmenta les tarifs de tous les actes de justice, d’état civil et autres contrats de vente.
Puis c’est en septembre 1674 qu’une nouvelle taxe fait son apparition sur le tabac.
Encore une taxe qui arrive dans la foulée des précédentes sur tous les objets en étain, même sur ceux achetés depuis longtemps (tiens, on connait ça !!!, c’est pas ça la rétro-activité !!!).
J’ai pas fini, encore une obligeant les roturiers possédant des terres à payer une taxe supplémentaire tous les vingt ans.
Bref, c’est plus de vingt taxes qui virent le jour en quelques années.

Tous cela augmenta la colère de tous, des paysans, des marins, des riches, des pauvres, etc…
La colère monta dans toute les couches sociales bretonnes.

Le bonnet rouge est le signe de ralliement des insurgés bretons où Sébastien Le Balp lève une armée bretonne de 6 000 hommes. 30 000 autres volontaires bretons le suivent également sans arme. Il organise la révolte, détruit les papiers timbrés et s’attaque aux symboles des différentes formes d’oppressions fiscales et seigneuriales

En guise de représailles, le roi fait détruire les clochers des paroisses qui avaient sonné le tocsin de la révolte. Certains d’entre eux n’ont jamais été reconstruits (Lanvern, Plonéour-Lanvern, Pont-l’Abbé)

Je vous fait grâce des détails, mais voici globalement l’histoire telle qu’elle s’est déroulée.

L’histoire se répète !!!
Spread the love
Dans : Actualités

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués ( requis )

Incontournables