La dame blanche de Trécesson hante toujours Brocéliande

Aucun Commentaire 1810 Vues

Depuis plusieurs centaines d’années, de nombreux témoignages parlent des apparitions d’une Dame Blanche autour du Château de Trécesson près de la légendaire forêt de Brocéliande. On dit que le fantôme d’une jeune femme enterrée vivante dans les sous-bois — la Mariée de Trécesson — hanterait les lieux et errerait tout de blanc vêtu sur les toits du château et les eaux brumeuses du lac les nuits de pleine lune…

Nous sommes vers 1750, une nuit d’automne, dans le parc du château de Trécesson… Tapi dans l’ombre, un braconnier tend discrètement ses collets quand il est surpris par une voiture tirée par quatre chevaux noirs qui s’arrête sur le bas-côté de la route.  Intrigué, l’homme avance prudemment et aperçoit plusieurs hommes qui font descendre du carrosse une femme en pleurs. Vêtue d’une robe de soie blanche et coiffée d’une couronne de fleurs, la jeune dame supplie les hommes de la laisser en vie.

Munis de bêches et de pioches, les gentilshommes se mettent à creuser une fosse pendant que la pauvre femme hurle de désespoir. Le braconnier assiste alors à une scène effroyable ! La dame est précipitée dans le trou et enterrée vivante ! Une fois leur macabre besogne accomplie, les hommes repartent à vive allure. Le chasseur décide alors de tout raconter au châtelain Monsieur de Trécesson.

À l’aube, ils se rendent sur les lieux du crime et commencent à creuser. En enlevant la terre du visage de la malheureuse, cette dernière ouvre les yeux, pousse un long râle étouffé avant de rendre son dernier souffle

Monsieur de Trécesson lui rend un dernier hommage en prononçant un éloge funèbre. Le corps de la suppliciée sera déposé dans la chapelle du château où il demeurera jusqu’à la révolution. On ne connut jamais la véritable identité de la jeune mariée ni les raisons qui ont conduit à sa mort. On raconte alors qu’elle fut enterrée vivante par ses frères mécontents l’accusant d’avoir déshonoré leur famille. Certains pensent qu’il s’agissait de Triphine de Kertimeur, mais rien n’est moins sûr.

Toujours est-il que si vous vous baladez la nuit dans la forêt, vous pourrez peut-être la croiser, silencieuse et mélancolique telle une âme en peine !

Spread the love

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués ( requis )

Incontournables